Chez Papinou

Texte à méditer :  Mieux vaut plonger avec un binôme plein qu'avec une bouteille vide !   
Le Club

Activités du CNSP

La vie du Club

Plonger à SPM

 ↑
Formation

Théorie Niveau 1

 ↑
Rendez-vous
 ↑
FACEBOOK !
 ↑
Météo
 
 ↑
Musique
 
 ↑
S'inscrire

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 21 membres


Connectés :

( personne )
 ↑
Recherche




 ↑
Webmaster - Infos
Théorie Niveau 1 - Matériel
separateur.jpg

Le matériel individuel de base

masque.jpgpuce.gif  Masque : Permet de voir sous l'eau
Choix du masque :
Il doit être le plus simple possible, avec un champ visuel large et des bossages en creux pour pouvoir pincer le nez (équilibrage des oreilles et des sinus). Pour le choix de la taille : il doit tenir au visage avec une simple inspiration par le nez, la sangle n'étant pas mise, le masque ne doit pas être trop serré sur le visage. Pour les personnes nécessitant des verres correcteurs, il vaut mieux que le masque possède deux vitres. Après l'achat, il faut nettoyer la vitre avec du liquide vaisselle pour éviter la formation de buée.


palmes.jpgpuce.gif  Palmes : Permettent de se déplacer.
Choix des palmes :
La voilure des palmes ne doit être ni trop rigide ni trop longue. Il est à noter que lors d'une plongée en milieu naturel il est conseillé de porter des chaussons ou des bottillons; la taille des palmes doit alors être choisie en conséquence. En plongée les grandes palmes sont plutôt un handicap lors de l’équipement sur le bateau et des remontées à l’échelle, elles peuvent aussi blesser les camarades de palanquée



tuba.jpg
puce.gif  Tuba : Permet de respirer en nageant en surface.
Choix du tuba :
Il doit être le plus simple possible (en forme de J), de longueur et diamètre suffisants mais pas exagérés avec une extrémité de couleur bien visible. C’est un accessoire qui se perd facilement aussi bien en mer qu’en piscine.




plombs.jpg
puce.gif  Ceinture :
Permet d’accrocher du lest (plomb) pour une flottabilité correcte. (essentiellement pour équilibrer la flottabilité positive de la combinaison). Elle doit avoir une boucle de sécurité à largage instantané. Éventuellement la ceinture peut servir à fixer la bouteille à l'aide de la sangle d'entrejambes (la "sous-cutale").




combard.jpg
puce.gif  Combinaison de plongée :
Permet de ralentir la déperdition de chaleur, donc de se protéger du froid.
Elle doit être souple, à cagoule attenante et doit bien coller au corps.
Épaisseur du néoprène : 4 à 7 mm. A Saint-Pierre, il est conseillé d’avoir une combinaison épaisse et bien ajustée, du style « combinaison de chasse ». On peut également adjoindre un sous-vêtement en néoprène (souris).




stab.jpg

puce.gif  Bouée de sécurité ou gilet stabilisateur ("stab") :
Cet équipement permet de se maintenir en surface ou d'être équilibré au cours de la plongée. Il peut fournir de l'aide pour remonter un camarade en difficulté. Il est nécessaire de bien apprendre à l'utiliser surtout pour gérer sans risque la remontée (cf. loi de Mariotte).




Le Bloc

Élément du scaphandre, le bloc est constitué par une ou deux bouteilles ("mono" ou "bi"), chaque bouteille étant équipée d'une robinetterie.
 
SCAPHANDRE = BLOC + DETENDEUR

bouteille.jpg
puce.gif  Bouteille :
Réservoir en acier ou en alliage léger (type alu), rempli d'air comprimé à une pression de service de 175 ou 200 bars et dont la capacité (volume intérieur) est comprise entre 7 et 18 litres.
Les volumes les plus courants sont de 12 litres pour le "mono" et de 2 x 9 litres pour le "bi". Les " bi " ont tendance à être remplacés par des " bonbonnes " de 15 ou 18 litres à deux robinets de sortie.


Inscriptions importantes sur la bouteille (réglementation française) :
- gaz contenu (air)
- pression d'essai (PE à 15 °C)
- pression de service ou d'utilisation (PS ou PU)
- capacité en eau, c'est à dire le volume (C ou V)
- poids de la bouteille nue (PB ou Tare)
- nom du fabricant et numéro de série
- dates de la mise en service puis des réépreuves, avec poinçon des Mines ou marquage CE.
En effet, la réglementation française, concernant d'une manière générale les réservoirs contenant des gaz sous pression, impose en effet une réépreuve (effectuée par le service des Mines) dès lors que, pour ce réservoir, le produit de son volume (exprimé en litres) par sa pression de service (exprimée en bars) dépasse 80.
Périodicité des réépreuves :
- Cas général, une bouteille doit être rééprouvée tous les 2 ans.
- Par dérogation, une bouteille peut n'être rééprouvée que tous les 5 ans sous réserve d'être inspectée tous les ans par un technicien en inspection visuelle (T.I.V.) avec inscription sur un registre TIV.
Après chaque inspection, le TIV appose, sur la bouteille, un macaron portant la date limite pour la prochaine visite (inspection ou réépreuve).

 
Robinetterie :

robinet.jpgpuce.gif  Robinet de conservation :
Bouton moleté qui permet d'ouvrir ou de fermer la bouteille.
Réserve : La réserve est basée sur le principe d'un clapet poussé par un ressort taré qui interdira la sortie de l'air lorsque la pression à l'intérieur de la bouteille devient inférieure à la pression due à ce ressort (environ 30 ou 40 bars). Dans ce cas, il faut "passer sur réserve", c'est à dire qu'il faut bloquer le clapet en position ouverte : ceci est obtenu en tirant la tige de réserve.
L'utilisation de la réserve tend à être remplacée par celle du manomètre.

niveau1_robinetterie2.gif
Conseils d'utilisation du scaphandre :
- La bouteille craint les chocs et sa chute éventuelle peut blesser quelqu'un. Ne jamais la laisser debout sans l'avoir sérieusement fixée.
- Avant de plonger, vérifier que la réserve est "haute" et, si possible contrôler la pression au manomètre.
- Vérifier le sanglage et le joint torique.
- Après montage du détendeur, ouvrir "à fond moins 1/4 de tour" le robinet de conservation et vérifier que le détendeur fonctionne.
- Bien tendre la "sous-cutale" si utilisation.
- En fin de plongée, "baisser" la réserve si elle existe, démonter le détendeur et ranger rapidement le matériel.
- Eviter d'exposer les bouteilles chargées ("gonflées") en plein soleil.

detendeur.jpg

puce.gif  Le détendeur
Rôle du détendeur : Délivrer, à la demande, de l'air à la pression ambiante (ou pression absolue) à partir de l'air comprimé, contenu dans la bouteille.




Les détendeurs sont composés de deux étages, l'air étant détendu de la haute pression à la pression ambiante en deux étapes :
•  Le premier étage, fixé à la robinetterie, détend l'air haute pression jusqu'à une moyenne pression égale environ à la pression ambiante plus 7 ou 10 bars.
•  Le deuxième étage ramène l'air de la moyenne pression à la pression ambiante.
Sur le premier étage du détendeur sont souvent fixés :
•    Un manomètre immergeable qui permet de contrôler la pression dans le bloc et donc sur une " HP " (haute pression) du détendeur.
•    Un direct system qui est un tuyau qui permet de gonfler le gilet stabilisateur.
•    Un autre deuxième étage permettant de disposer de deux embouts.
Un détendeur avec deux 2eme étages est appelé " octopus ".


Le matériel complémentaire

profondi.jpg
puce.gif
Profondimètre :
Précis et lumineux. Est de plus en plus souvent électronique (affichage digital).Il indique la profondeur à laquelle on se trouve et la profondeur maximale atteinte.
Tables de plongée (immergeables) :
Indiquent la durée et la profondeur des paliers à effectuer.





montre.jpg

puce.gif 
Montre :
Etanche et lumineuse. Permet de mesurer la durée de la plongée et des paliers.





couteau.jpg

puce.gif  Couteau ou ciseaux :
Solide, inoxydable, tranchant, bien fixé dans sa gaine, il permet de trancher les filins dans lesquels on s'est accroché.




Le matériel utile


gants.jpg

puce.gif  Gants, chaussons :
protègent du froid et, pour les gants, des écorchures






phare.jpg

puce.gif  Torche ou phare :
Etanche, inoxydable, pas trop encombrant(e), bien lesté(e), une lampe étanche pour restituer les couleurs au cours de la plongée





En piscine, le matériel de type " stab " doit être rincé à l’eau du robinet (non chlorée) et les détendeurs fermés à l’aide du bouchon.

En mer, après chaque plongée si possible, ou chaque jour et au moins en fin de séjour, l'ensemble du matériel doit être rincé à l'eau douce puis séché à l'abri du soleil. Pour le détendeur, le bouchon sera fixé pour éviter l'entrée d'eau. L'intérieur du gilet sera également rincé à l'eau douce et séché.
En fin de saison, les joints seront graissés au silicone (par exemple joints de la lampe) et les pièces métalliques seront graissées.
 
(c) Erwan Lefebvre 2010
Matériel obligatoire pour un plongeur de niveau 1 (télécharger)

separateur.jpg

Date de création : 24/12/2010 - 19:01
Dernière modification : 30/12/2010 - 22:24
Catégorie : Théorie Niveau 1
Page lue 7204 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :  Horizon pas net, reste à la buvette !
   

^ Haut ^