Chez Papinou

Texte à méditer :  Tout corps plongé dans un liquide ..... en ressort mouillé   
Le Club

Activités du CNSP

La vie du Club

Plonger à SPM

 ↑
Formation

Théorie Niveau 1

 ↑
Rendez-vous
 ↑
FACEBOOK !
 ↑
Météo
 
 ↑
Musique
 
 ↑
S'inscrire

Se reconnecter
---

Votre nom (ou pseudo) :

Votre code secret


 Nombre de membres 21 membres


Connectés :

( personne )
 ↑
Recherche




 ↑
Webmaster - Infos
Théorie Niveau 1 - Accidents spécifiques
Barotraumatismes
Accidents de décompression
Autres accidents

separateur.jpg

INTRODUCTION
Le but de ce chapitre est surtout d'être conscient que la plongée requiert un minimum de précautions élémentaires. En effet, il est surtout important d'avoir en mémoire la prévention de ces accidents.
Mieux vaut prévenir que guérir !

LES BAROTRAUMATISMES
Les barotraumatismes (ou accidents mécaniques) sont des conséquences de la variation du volume des gaz en fonction de la pression (Loi de Mariotte).

puce.gif  Le placage du masque :
Cause : Intérieur du masque en dépression pendant la descente (limite d'élasticité de la jupe du masque). Effet de "ventouse".
Conséquence : Rougissement des yeux. Saignement de nez.
Symptôme : Le masque serre - douleur au niveau des yeux.
Prévention : Souffler par le nez dans le masque pendant la descente.
Traitement : Consulter un ophtalmologiste.
 
puce.gif  Les sinus :
Cause : Communications bouchées entre les sinus et les voies respiratoires- Sinusite, rhume- Différence de pression entre les sinus et le milieu extérieur.
Conséquence : Rupture des capillaires - Aggravation de l'infection locale.
Symptôme : Vive douleur au niveau du front et du maxillaire supérieur.
Prévention : Aucune ! NE PAS PLONGER.
Traitement : Consulter un O.R.L.
  
puce.gif Les dents
Cause : Carie non soignée, plombage non étanche. Différence de pression entre l'intérieur et l'extérieur de la dent.
Conséquence : Risque d'infection (descente), d'éclatement (remontée).
Symptôme : Vive douleur au niveau des dents.
Prévention : Visite régulière chez le dentiste. Remonter très doucement en cas de douleur.
Traitement : Consulter un dentiste.
 
puce.gif  Les oreilles :
Cause : Manœuvre d'équilibration inefficace. Obturation de la trompe d'Eustache (rhume, otite) qui relie l'oreille moyenne aux voies aériennes. Lors de la descente ou de la remontée, il y a différence de pression entre les 2 faces du tympan.
Conséquence : Lésion (voire rupture) du tympan, perte d'orientation.
Symptôme : Douleur vive dans l'oreille.
Prévention : Bien "équilibrer" les oreilles durant toute la descente (manœuvre de Valsalva). Ne pas continuer à descendre si les oreilles "ne passent pas".
NE PAS PLONGER EN CAS DE RHUME OU D'OTITE
Traitement : Consulter rapidement un O.R.L.
Attention: Ne JAMAIS effectuer la manœuvre de Valsalva durant la remontée (aggravation de la différence de pression entre les 2 faces du tympan).
 
puce.gif  La surpression pulmonaire : Le plus grave des barotraumatismes
Cause : À la remontée, en cas de blocage de l'expiration, l'air qui se trouve dans les poumons se dilate.
Conséquence : Si on oublie d'expirer à la remontée, surtout dans les derniers mètres, il y aura atteinte de la limite d'élasticité des alvéoles pulmonaires puis déchirure de ces dernières et des vaisseaux qui les tapissent. Il s'ensuit :
- passage d'air dans la circulation (embolie)
- passage de sang dans les alvéoles (œdème pulmonaire)
Symptôme : Impression de manque d'air (comme en fin d'apnée), douleur dans la poitrine ("coup de poignard"), étouffement, toux, écume sanglante aux lèvres (spume), perte de connaissance.
Prévention : Ne pas bloquer sa respiration, expirer en remontant surtout près de la surface.
Traitement : Faire inhaler de l'oxygène pur à pression atmosphérique et surtout évacuer d'urgence vers un centre hospitalier équipé d'un caisson de recompression.
De même, il ne faut jamais donner de l'air sous l'eau à un apnéiste. En effet celui-ci n'est pas formé à cet accident et n'aura pas le réflexe de souffler à la remontée.
Attention : Ce genre d'accident peut se produire même en piscine.
 
puce.gif  Tableau de synthèse des barotraumatismes
Accident à la descente à la remontée
Oreilles Arrêter la descente
Manœuvre de Vasalva ou
Béance Tubulaire Volontaire
Ralentir ou arrêter la remontée (voire redescendre légèrement)
Placage du masque Souffler par le nez au cours de la descente Ne se produit pas
Sinus Ne pas forcer
Ralentir la descente voire remonter
Ralentir ou arrêter la remontée (voire redescendre légèrement)
Dents Ne pas forcer
Ralentir la descente voire remonter
Ralentir ou arrêter la remontée (voire redescendre légèrement)
Colique du scaphandrier Ne se produit pas Ralentir ou arrêter la remontée (voire redescendre légèrement)
Évacuer l'air par les voies naturelles
Surpression pulmonaire Ne se produit pas Ne pas bloquer sa respiration
Insister sur l'expiration
Ne pas donner d'air à un apnéiste

 
 
LES ACCIDENTS DE DECOMPRESSION
Ces accidents sont les conséquences physiologiques de plusieurs phénomènes physiques (loi de Mariotte, mélange de gaz, dissolution des gaz).
L'azote de l'air se dissout dans l'organisme durant la plongée et ceci d'autant plus que la profondeur est importante et que la durée de la plongée est longue.
Durant la remontée (et en surface, après la plongée), cet azote repasse de l'état dissous à l'état gazeux.
Cette élimination doit impérativement se faire lentement sinon il y a création de noyaux gazeux (bulles d'azote) à l'intérieur même de l'organisme, dans les vaisseaux sanguins et dans les tissus (muscles, os, etc. ...). En trop grand nombre, ces bulles risquent d'entraîner des blocages locaux de la circulation sanguine et la mort des cellules situées en aval.
Cause : Essentiellement non-respect des tables de plongée (vitesse de remontée ou paliers), mais aussi favorisé par des efforts importants
Conséquence : Troubles nerveux, circulatoires, respiratoires, douleurs articulaires, paralysies plus ou moins étendues, syncope, coma.
Symptôme : Fatigue généralisée, démangeaisons cutanées, gonflement de la peau, douleurs articulaires, paralysies, troubles circulatoires, respiratoires, visuels, auditifs, vertiges, pertes de sensibilité.
Prévention : Respecter impérativement les paliers et la vitesse de remontée (15 à 17 m/mn). Ne pas faire d'efforts physiques importants ni des apnées après une plongée.
Traitement : Inhalation d'oxygène - Donner 500 mg d'aspirine (sauf allergie ou contrordre d'un médecin contacté par radio ou par téléphone) avec beaucoup d'eau douce plate (2 litres) - Diriger d'urgence vers un centre hospitalier spécialisé équipé d'un caisson de recompression. Ne jamais réimmerger. Bien noter le profil de la plongée. Ces actions sont effectuées par les plongeurs secouristes.
 

AUTRES ACCIDENTS

puce.gif  Essoufflement :
Cause : Effort et travail intensif, mauvaise ventilation (Ex : tuba trop étroit ou trop long). Favorisé par le froid, une mauvaise condition physique, un état d'anxiété. Forme d'intoxication par le gaz carbonique (CO2).
Conséquence : Affolement, panique ( risque de surpression pulmonaire).
A l'extrême : syncope, noyade.
Symptôme : Respiration de plus en plus superficielle et haletante.
Prévention : Se protéger du froid, éviter les efforts et travaux intensifs, ouvrir correctement le robinet de la bouteille. être correctement lesté
Traitement : Au premier symptôme, cesser toute activité, bien se ventiler en forçant sur l'expiration.
Attention : Le risque d'essoufflement augmente avec la profondeur

 
puce.gif  Vertiges :
Cause : Mauvais équilibre des pressions au niveau de l'oreille interne, siège des organes de l'équilibre, mouvement brusque de la tête.
Conséquence : Désorientation, impossibilité de retrouver la surface.
Symptôme : Sifflement brutal, perte du sens de l'équilibre, troubles oculaires.
Prévention : Ne jamais plonger seul, ne jamais faire la manœuvre de Valsalva à la remontée.
Traitement : Éviter de bouger la tête, remonter d'urgence, consulter un O.R.L.
 
puce.gif  Noyade : (correspond à un arrêt respiratoire provoqué par l'inondation de l'appareil respiratoire]
Cause : Manque d'entraînement et de formation, mauvais matériel, fatigue, froid, panique.
Conséquence : Asphyxie, lésions des poumons, état de choc, mort.
Symptôme : SANS ! ...
Prévention : Avoir un bon entraînement, un bon matériel, éviter les efforts inconsidérés. Utiliser un vêtement isothermique. Attention à l'immersion après une exposition au soleil. Se mouiller la nuque avant immersion.
Traitement : Très rapidement, ventilation artificielle (bouche à bouche), massage cardiaque, insufflation ou inhalation d'oxygène, toujours évacuer vers un centre hospitalier, même si le sujet a repris ses esprits et se sent bien.
 
puce.gif  Le froid
Le froid est un facteur aggravant de tous les problèmes de plongée, et en plus ce n'est pas agréable.
Un signe "j'ai froid" doit être un signal de remontée au même titre qu'un signe de passage sur réserve.
Pour se protéger du froid, le plongeur utilise une combinaison. Les plus répandues sont les combinaisons humides : plus elles sont épaisses, plus elles protègent du froid.
Les combinaisons semi-étanches limitent les entrées d'eau aux poignets, chevilles et à la cagoule.
Les combinaisons étanches, adaptées à des plongées en eau très froide, nécessitent un apprentissage car il faut maîtriser le volume de ce vêtement.
Pour les plongées courantes, une combinaison humide d'une épaisseur entre 5 et 7 millimètres est suffisante.
On ajoute à la combinaison des gants et des chaussons ou des bottillons.
 

CONCLUSION SUR LES ACCIDENTS
Ne pas plonger si :

puce.gif  Mauvais état physique
puce.gif  Fatigue, troubles digestifs, état fébrile, mal de mer, etc. ...
puce.gif  Mauvais état psychologique
puce.gif  Nervosité, peur, contrainte, etc. .
..

LA PLONGEE = LOISIR + SECURITE ==> UN(E) PLONGEUR(EUSE) AVERTI(E) EN VAUT DEUX ! ...

separateur.jpg

Date de création : 27/12/2010 - 21:43
Dernière modification : 27/12/2010 - 22:11
Catégorie : Théorie Niveau 1
Page lue 4911 fois


Imprimer l'article Imprimer l'article



Texte à méditer :  Qui trop écoute la météo, passe sa vie au bistrot   
^ Haut ^